La confiance en soi : mythe ou réalité ?

L’amélioration de la confiance en soi est un sujet récurrent en développement personnel, et nombreuses sont les personnes qui en manquent. Pourtant, agir sur la confiance que l’on se porte n’est pas une chose facile, voire même pour certains, complètement abstraite.

Qu’est ce que la confiance en soi ? Quel impact a-t-elle sur notre vie ? Pouvons-nous agir sur celle-ci et dépend-elle des autres ? Vous trouverez des éléments de réponse dans cette article.

Qu’est ce que la confiance en soi ?

De manière simplifiée, nous dirons que la confiance en soi est présente lorsque l’on se pense capable de réussir une action, d’atteindre un objectif, et ceci sans se porter de regard dévalorisant.

On pense souvent que la confiance est un état de fait. Et bien non. La confiance en soi est un processus, et elle se situe à chaque étape de ce dit processus : en début, pendant et à la fin. Du moins, à la fin n’est pas tout à fait exact puisqu’il n’existe pas de fin au processus de confiance en soi. Nous pourrons presque parler de « confiance tout au long de la vie », puisque vous pouvez avoir confiance en vous à trente ans, davantage encore à quarante, et la reperdre à cinquante. De plus, vous pouvez avoir confiance en vous dans un domaine de votre vie mais pas du tout dans un autre (par exemple, vous avez confiance en vous dans votre activité sportive, et moins dans la sphère professionnelle: pourtant vous êtes la même personne.)

De plus, la confiance en soi évolue en fonction de différents éléments que peuvent être le parcours de vie, les réussites ou encore les croyances par exemple. Elle dépend de nous mais également de nos relations avec autrui (parents, amis, collègues…). Autant dire que le processus de confiance en soi est complexe !

Nous retiendrons donc que la confiance en soi est un processus en mouvement tout au long de notre vie, et corrélé à différentes composantes de notre environnement.

Le cercle vertueux ou vicieux de la confiance en soi

Mes différentes recherches m’amènent à affirmer aujourd’hui que de multiples facteurs interviennent dans le processus:

1 – La conscience de soi

Avant mes premières recherches, il me paraissait évident que la première étape était la connaissance de soi. Et pourtant ! Avant même de connaître quelqu’un ou quelque chose, il faut avoir conscience du fait qu’elle existe. Alors qu’est ce que ça veut dire avoir conscience de soi ?

Prendre conscience de son enveloppe corporelle dans un premier temps. Comment est fait notre corps, quelle est sa couleur, son aspect, ses singularités… Comment fonctionne-t-il ? Que se passe-t-il dans mon corps quand je suis en mouvement ? etc… Et pas de jugements s’il vous plaît ! On ne vous demande pas ce que vous aimez ou ce que vous n’aimez pas, on vous demande juste de vous observer 😉

Prendre conscience de son état psychique. Observer toutes les manifestations mentales présentes, et ce qu’elles vous permettent, ou non, de réaliser au quotidien.

2 – La connaissance de soi

C’est une fois que l’on a conscience que l’on existe, que l’on peut apprendre à se connaître !

Se connaître, vaste programme ! Qu’est ce qu’on entend par là ? Il s’agit dans un premier temps de connaître son parcours de vie : où ai-je grandi, dans quels lieux, quelles ambiances, avec qui… Quels ont été les moments forts de ma vie ? Mes plus grandes réussites mais aussi mes déceptions, et que m’apprennent-elles sur moi ? Comment se sont passées mes relations avec mes parents et comment ont-elles impacté ma vie aujourd’hui ? Etc…

Se connaître, c’est également prendre le temps de s’observer, observer ses fonctionnements et tenter de se comprendre. Les moments à émotions sont les meilleurs moments pour faire connaissance avec vous même et comprendre ce qui se passe dans votre tête. Par définition, les émotions vous mettent en mouvement, et font le lien entre le mental le corps : elles traduisent ce qui se passe dans votre conscient et votre inconscient.

3 – S’accepter

Là encore, plus facile à dire qu’à faire, et une fois n’est pas coutume, cette étape ne peut avoir lieu sans le passage des étapes précédentes.

Alors qu’est ce que cela veut dire, s’accepter ? Il s’agit d’accueillir et de de se prendre comme on est. De stopper le combat avec soi-même pour « être meilleur.e » (sauf s’il s’agit d’une envie d’évolution personnelle saine). C’est ne plus se focaliser sur ses défauts, comprendre qu’ils font partie de votre personnalité.

S’accepter c’est aussi choisir d’arrêter de se subir, d’être bienveillant avec soi-même et de se laisser le droit à l’erreur. C’est arrêter de se juger et s’encourager.

S’accepter, c’est choisir de marcher main dans la main avec soi-même.

4 – Favoriser une bonne estime de soi

Avoir une bonne estime de soi, c’est se voir tel que nous sommes vraiment. Si je me dévalorise ou que je m’attribue des qualités qui ne sont pas les miennes, j’ai une mauvais estime de moi-même. C’est tout simplement comme cela que ça fonctionne.

Bon je vous entends d’ici… « Simplement, comme si c’était facile ! ». Et bien presque, à condition d’avoir procédé aux précédentes étapes !

Une fois que vous avez conscience de vous-même, que vous avez appris à vous connaître, et à connaître vos fonctionnements, et que vous vous acceptez sur la majorité des critères qui composent votre personnalité et votre corps, vous ne pouvez avoir qu’une plus juste estime de vous-même.

Beaucoup de personnes me consultent pour avoir une meilleure estime d’elles-mêmes, et je constate quasi-systématiquement que ce sont des personnes qui ne se connaissent pas elles-mêmes, ou bien que ce sont des personnes qui sont installées dans des schémas familiaux ou professionnels par exemple, qui ne leur correspondent pas. Pourquoi ? Parce que lorsque l’on ne se connaît pas, nous ne savons quels sont les environnements ou les relations qui nous procurent du bien-être ou du mal-être, et nous prenons des décisions par dépit, ou parce qu’elles nous ont été conseillées par les autres… qui n’ont pas les mêmes personnalités ou fonctionnements que nous.

5 – La confiance en soi et le pouvoir d’agir

C’est ici que se joue la modification de la confiance en soi. Dans le concept de confiance en soi, on y trouve volontiers la notion de « mise en action ». Quand vous avez confiance en vous, vous avez confiance en vos capacités à FAIRE quelque chose.

Si vous avez une bonne estime de vous même, vous savez que vous avez des qualités et des compétences qui peuvent vous servir et que les échecs n’amenuiseront pas ce capital qualités-compétences. Vous faites donc face à moins de peurs, et vous nourrissez votre pouvoir d’agir.

Qu’est ce que le pouvoir d’agir ? Il s’agit de la motivation à se mettre en action pour ce qui est important pour soi. Plus votre confiance en vous est élevée, plus votre pouvoir d’agir est grand. Et plus vous mettez en place des actes en valorisant votre démarche et votre réussite et plus gagnez en confiance. C’est un vrai cercle vertueux !

Alors que faire de l’échec face à l’action ? L’échec c’est le fait de ne pas obtenir ce que l’on vise. D’où l’importance de réfléchir à ses objectifs, et de se fixer des objectifs partiels.

Il s’agit également de valoriser la démarche mise en œuvre, les actes « plus petits » et ne pas faire de focus que sur le résultat. Il est important aussi de rendre ces échecs constructifs en s’interrogeant sur ce qui a bien fonctionné et sur ce qui est à modifier pour la prochaine fois.

Comme à cheval, il est important de remonter en selle après la chute pour reprendre confiance en soi.

En résumé, que faire ?

– Reconnectez-vous à vous même, prenez conscience de votre corps et de vos ressentis corporels, de vos émotions.

– Soyez indulgents avec vous-même, laissez-vous le droit à l’erreur, ne vous comparez-pas (vous y perdrez en confiance à coup sûr!).

– Donnez-vous des petits challenges (parler à un inconnu dans la rue, dire « non », exprimer votre amour/amitié à un proche…). et soyez-fiers de vous !

– Chouchoutez-vous ! Prenez-soin de vous comme vous prenez soin des vos êtres aimés! Offrez-vous des moments de repos, d’activité, avec vos copines/copains…

Il n’est jamais trop tard pour prendre soin de soi et gagner en confiance. Je vous propose donc de commencer dès à présent, et vous verrez quand devenant votre meilleur ami, la vie est bien plus agréable…

Cassandra Troncale, coach, sophrologue, hypnothérapeute sur Tours

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :