A propos

Mon nom est Cassandra Troncale. J’ai 30 ans, et j’habite à Tours.

Ma profession vise à accompagner l’Humain dans son développement personnel et professionnel, par le biais de différentes méthodes et dispositifs que peuvent être la formation, le coaching ou encore la sophrologie.

Un parcours de vie

Comme beaucoup, je me suis construis dans l’adversité, essentiellement dans les vingts premières années de ma vie. J’ai grandi avec très peu de confiance en moi, beaucoup d’angoisses et de mal-être, et souvent la sensation d’être différente, voire transparente. Je souffrais beaucoup de manque d’écoute et de considération, de rejet et de solitude.

A bout de force à 20 ans, j’avais deux chemins qui s’offraient à moi : continuer à subir et être malheureuse, ou tout envoyer valser et reprendre ma vie en main. J’ai choisi non sans mal la deuxième solution. J’ai alors du me battre pour retrouver une liberté digne de ce nom et pour récupérer mes droits. Et ça a été le début d’un long chemin d’épreuves et de construction : reconstruire après une déconstruction demande de l’espoir et de la rage de vaincre, et la vie sait venir vous tester régulièrement pour savoir si vous êtes toujours motivé à avancer. En 2016, je ferai une dernière fois face à ma fragilité avec un épuisement professionnel lié à un harcèlement moral dont je n’ai sais pas su faire face. Pour aller mieux, je me tourne vers le développement personnel et la sophrologie, et c’est grâce à cette épreuve que j’apprends à me connaître, à me faire confiance et à me diriger vers ce qui me fait vraiment vibrer.

Aujourd’hui, je me passionne pour le développement personnel qui est, à mon sens, la clé de l’épanouissement et du bonheur. En cabinet, j’accompagne les individus à mieux se connaître, à se réconcilier avec leur histoire, à être en paix dans leur corps et dans leur esprit, ainsi qu’à sortir de leur zone de confort pour atteindre leurs objectifs.

Mon parcours professionnel

Je reprends les études à 23 ans pour me diriger dans les ressources humaines, et plus spécifiquement dans la formation, secteur qui m’attire par l’aspect de l’accompagnement humain.

Je termine mes études par un master Stratégie et Ingénierie de la Formation pour Adultes (SIFA), formation dans laquelle j’apprends à construire des dispositifs d’accompagnement personnalisés, individuels ou collectifs, et à en mesurer les progressions pédagogiques. Je porte ma recherche universitaire sur la corrélation entre la formation professionnelle et l’estime de soi. Les résultats montrent alors qu’un accompagnement Humain mettant l’accent sur l’autonomisation de l’individu et le développement de son pouvoir d’agir peut considérablement augmenter sa confiance en soi.

Je réalise également des formations de sophrologie, de programmation-neuro-linguistique et de coaching dans la même année. Mes recherches tourneront toujours autour des sujets de la confiance en soi, et des méthodes pour l’améliorer.

En 2020, je me lance un nouveau défi avec une formation d’hypnothérapeute, afin de rajouter des cordes à mon arc et de pouvoir explorer une autre dimension de l’être humain qui me fascine : l’inconscient !

Mes projets pour la suite

Depuis quelques années, j’ai appris à vivre au jour le jour, et à me satisfaire du moment présent. Cependant, ayant besoin d’évoluer en permanence, j’aime avoir quelques projets dans un coin de ma tête.

J’ai la chance d’avoir renouer avec une passion mise sous couvert depuis enfant : le cheval. Je suis ravie de pouvoir me rendre toutes les semaines dans un ranch dans lequel je me sens bien et dans lequel l’encouragement est de rigueur.

L’équitation est un sport qui me place face à toutes mes difficultés :

  • Accepter de ne pas pouvoir tout contrôler, tout en gardant une certaine maîtrise qui se trouve dans la collaboration et non dans la confrontation avec l’animal.
  • Voir à la baisse mon niveau d’exigences envers moi-même : certains exercices me sont plus difficiles que d’autres, et je peux clairement me mettre en colère contre moi-même quand je n’obtiens pas les bons résultats, et surtout quand je sais que tout est dans la communication, qu’elle soit verbale ou corporelle, et que j’ai échoué.
  • Accepter d’être passée à côté d’une séance. Comprendre et accepter la part de responsabilité partagée : qu’est-ce qui relève de mon fait ? Qu’est-ce qui relève de celle du cheval ? Comment utiliser cette séance pour la fois prochaine sans la « ruminer ».
  • J’ai la chance aujourd’hui de pouvoir passer au-dessus de quasiment toutes mes peurs. Pourtant, l’une des peurs à laquelle j’ai été confronté à cheval est l’une de celles qui m’a le plus tétanisée, et je la travaille encore…

A mon sens, l’équitation est un véritable loisir en lien avec le développement personnel. Le cheval est tout à fait capable de nous mettre face à nos contradictions les plus profondes, mais également de nous aider à évoluer.

Je souhaite donc sur le long-terme me tourner vers l’équicoaching et le développement personnel avec l’aide du cheval. Cependant, je me laisse le temps d’apprendre et de maitriser les uses et coutumes du monde équestre, et de bien comprendre les comportements du bel animal qu’est le cheval.

%d blogueurs aiment cette page :